samedi 12 octobre 2013

S.MINUCHIN et l'approche structurale

Salvador MINUCHIN a d’abord été influencé par Nathan.W.Ackerman. Puis il a coopéré avec Jay Haley et leurs modèles (structural et stratégique) ont beaucoup de points communs.
Mais dans leur représentation hiérarchique de la famille, Minuchin accorde une place importante à la « direction exécutive » des parents, fonction hiérarchique définie comme une compétence spécifique, liée à un rôle qui engage la responsabilité.
Le modèle structural se réclame de la première cybernétique. Le thérapeute observe de façon neutre l’espace familial et les « danses » qui s’y déroulent. Il observe la configuration familiale en se focalisant sur les distances et les frontières, le symptôme étant le « marqueur » d’une structure dysfonctionnelle.
Pour Minuchin, le symptôme révèle comment chacun des membres de la famille se positionne par rapport au patient désigné. Ce dernier organise la mise en scène de la structure familiale que le thérapeute s’efforce ensuite de déstabiliser afin de favoriser la disparition du symptôme.

La structure

Les membres d’une famille sont reliés ensemble et leurs relations ont des séquences souvent implicites mais prévisibles. Les interactions familiales s’inscrivent ainsi dans un canevas préétabli, la structure de la famille.

Les règles

Les configurations des transactions exercent une régulation sur le comportement des membres de la famille, lequel est maintenu par deux systèmes de contraintes : l’un général (lois globales, interdépendances, hiérarchie), l’autre spécifique (propre à cette famille particulière avec ses modes d’attentes réciproques)

Les sous-systèmes

Individu, couple, fratrie sont des sous-systèmes qui sont définis par la génération, le sexe, l’intérêt ou la nature des tâches à remplir. Ces sous-systèmes sont de nature temporaire et se construisent sur un projet commun et des alliances passagères. Les sous-systèmes ne se réduisent pas à des définitions biologiques, un père par exemple peut très bien dans la famille faire partie du niveau de la fratrie…
Pour Minuchin, il existe une hiérarchie dans la famille déterminée en fonction des différents niveaux de responsabilités et d’obligations. Les parents ont beaucoup de pouvoir, ils ont aussi beaucoup de responsabilités.

Une source historique romaine nous apprend qu'Hadrien fut le premier à construire un mur en Angleterre (Britannia) afin de séparer les Romains des Barbares.Les frontières

Ce sont les règles qui définissent qui participe aux transactions familiales et comment se passe cette participation. Chaque sous-système assume des fonctions particulières et adresse des demandes spécifiques. Des frontières sont donc nécessaires pour maintenir l’autonomie à l’intérieur du système, protéger de l’ingérence des sous-systèmes et préserver la différenciation des membres.
C’est pourquoi la clarté des frontières est un paramètre important pour évaluer un fonctionnement familial.
Chaque famille peut être située sur un axe allant  de l’enchevêtrement (frontières interpersonnelles diffuses) au désengagement (rigidité totale des frontières)
La famille enchevêtrée est refermée sur elle-même, intensifiant le sentiment d’appartenance aux détriments de l’autonomie de ses membres. Les frontières individuelles sont peu visibles, la différenciation est diffuse, le comportement ou les tensions de l’un affectent directement l’autre. Les capacités d’adaptation au changement sont déficientes.
La famille désengagée, au contraire, voit ses frontières trop rigides. Des variations de comportements sont tolérées, le sentiment d’appartenance est si ténu que les membres de la famille ne se perçoivent par interdépendants et ne peuvent demander l’aide et le soutien dont ils ont besoin. La communication interpersonnelle est difficile, les fonctions protectrices peu exercées. Les difficultés tendent à garder un caractère individuel de plus en plus marqué au fur et à mesure que la tension monte.
Dans les deux formes de système, les difficultés surgissent à chaque fois que la famille doit s’adapter. La famille enchevêtrée va répondre de façon immédiate et excessive, la famille désengagée va rester sans réaction.
La « normalité » se situe dans une famille aux frontières claires, ni diffuses, ni rigides.
Le thérapeute aide à l’assouplissement de ces frontières.

La carte familiale

C’est le schéma d’organisation de la famille à un instant T qui figure les frontières rigides, claires ou diffuses, les affiliations et associations, les coalitions, ruptures et implications.

L’espace thérapeutique

MINUCHIN favorise la mise en acte (enactment) des échanges familiaux. Il les fait changer de place, il les rapproche, les éloigne, gesticule pour faire la circulation…il restructure la géographie de la salle de thérapie en transformant les distances interpersonnelles.
Des tâches peuvent poursuivre à la maison cette redistribution des espaces.

La complémentarité

Dans les familles, les membres s’ajustent les uns par rapport aux autres. Face à une maman surprotectrice, par exemple,  le fils adoptera des comportements infantiles. Cette fonction permet aux systèmes de fonctionner harmonieusement.

Les méta-systèmes

La famille évolue au sein de contextes qui l’englobent : la famille élargie, la famille d’origine, les groupes d’appartenance, les institutions…
Le système thérapeutique est un autre méta-système où se déroulent des expériences structurales inhabituelles qui vont élargir le champ des processus appris vers un mieux-être.
Le système tend à se perpétuer et ses modes de fonctionnement cherchent donc à rester constants. C’est ce qui permet le développement du sentiment d’appartenance. Mais la famille est confrontée également à d’incessantes exigences de changement.. de nouvelles configurations transactionnelles doivent ainsi sans cesse se mettre en place.
La famille fournit un creuset essentiel pour le développement des individus dans la mesure où le système propose à la fois un sentiment d’appartenance et un sentiment de séparation. Elle permet donc le ressenti d’une identité individuelle et une initiation aux outils de socialisation.

La thérapie

Il s’agit de changer l’organisation de la famille, une stratégie centré sur le présent. Le thérapeute fait partie du système thérapeutique et agit pour le modifier en séance.
Il procède en 3 étapes :
  1. Affiliation active (joining) à la famille.
  2. Evaluation de la structure familiale.
  3. Transformation de cette structure.
Les trois mouvements sont simultanés.
Au sein de la structure dysfonctionnelle, le thérapeute sonde les endroits plus adaptables et souples. Le coup de sonde devra s’accompagner d’une intervention de restructuration car le thérapeute aura créé une crise, une rupture dans l’homéostasie.
Il existe de nombreuses opérations de restructuration :
  1. Mettre en acte en séance : cela permet aux membres de la famille de mieux ressentir les interactions tout en dégageant le thérapeute.
  2. Jouer sur l’espace : utilisation de l’espace de manière métaphorique.
  3. Délimiter les frontières : en séances et à la maison. Minuchin estime indispensable en particulier que s’épanouissent dans des frontières claires les sous-systèmes parental et de fratrie. Il est possible d’imposer et de renforcer ces frontières en travaillant avec tel ou tel sous-système.
  4. Dépasser les stress : empêcher les configuration transactionnelles habituelles, expliciter les conflits implicites, établir des coalitions temporaires…
  5. Donner des tâches thérapeutiques : créer de nouveaux cadres de fonctionnement. Le thérapeute indique comment les membres de la famille devront communiquer en indiquant le cas échéant une manipulation de l’espace qui dramatisera les transactions familiales en symbolisant la nécessité du changement. Il pourra prescrire des devoirs à faire qui maintiendront le thérapeute présent à la maison.
  6. Utilisation du symptôme par renforcement et saturation.
  7. Utilisation de l’ambiance affective : après affiliation, le thérapeute peut amplifier le style émotionnel de la famille pour obtenir une rétroaction adaptative.
  8. Apprentissage : par le soutien et la guidance, le thérapeute aidera les membres de la famille à s’ajuster et à confirmer les autres dans leurs rôles respectifs. Quand les membres responsables seront en incapacité de jouer leur rôle, le thérapeute devra les suppléer momentanément.
Luigi ONNIS et Mara SELVINI PALAZOLLI présentent des modes d’intervention et de modélisation relevant de l’approche structurale. M.Selvini renforce les frontières et modifie les distances dans la famille, travaille à l’architecture et à l’articulation des sous-systèmes.

Conseils de lecture :

ici                                  










Article écrit par Frédéric BERBEN
Psychologue clinicien, Psychothérapeute, Hypnothérapeute
Cabinet : 135 Rue du Ponceau, 53000 Laval. Tel : 06 78 24 44 45. Mail : cabinet.berben@orange.fr.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Bonjour, merci de laisser un commentaire si vous le souhaitez.